Identifier son animal est obligatoire mais surtout très utile afin de le retrouver en cas de perte.
Comment ça marche ?
En France, il est obligatoire d’identifier son animal de compagnie, avant l’âge de 4 mois pour les chiens et avant l’âge de 7 mois pour les chats. Pour se faire, deux possibilités existent : le tatouage et la puce électronique. Le tatouage se fait sur l’oreille droite, sous anesthésie générale, cependant cette méthode d’identification est de plus en plus désuète. Quant à la puce électronique, il s’agit d’un transpondeur de la taille d’un grain de riz, injecté sous la peau sans anesthésie. Elle confère un numéro unique de 15 chiffres à votre animal.
Pour quoi faire ?
Une fois l’animal identifié, le numéro de tatouage ou de puce est envoyé et enregistré à l’ICAD (identification des carnivores domestiques) associé au nom du propriétaire. Ainsi l’identification permet de prouver qui est le détenteur d’un animal. Elle permet également de retrouver plus facilement le propriétaire d’un animal trouvé et est obligatoire pour voyager hors de France (associée au passeport et au vaccin contre la rage).
Quid de l'identification des NAC ?
Les furets, au même titre que les chiens et chats doivent obligatoirement être identifiés ainsi que les animaux de la faune sauvage détenus en captivité tels que les perroquets et certains reptiles (tortues de terre, dragons d’eau …). L’identification des NAC dits domestiques (lapins, hamsters, canari …) n’est pas obligatoire sauf s’ils voyagent hors de France..
Info pratique
les fichiers d’identification sont nationaux, ainsi si votre animal a été identifié à l’étranger, il faut en informer l’ICAD via un formulaire disponible chez votre vétérinaire. Il en est de même si vous déménagez de la France vers un pays étranger (informez le fichier national d’identification du nouveau pays).